Formation continue - congrès OAGQ 2018

Vendredi 21 septembre
 
 
1 - Arpenter le monde géonumérique au XXIe siècle

Stéphane Roche, ing., Ph. D.
Professeur titulaire de sciences géomatiques, vice-doyen à la recherche
Faculté de foresterie, géographie et géomatique, Université Laval

Intelligence artificielle, Internet des objets, personnalisation algorithmique des lieux et des services… le numérique est partout et omniprésent dans la société occidentale du XXIe siècle. Les assises sociétales fondamentales que sont la sphère privée, le bien commun, la liberté d’expression et la liberté de mouvement sont confrontées au rythme et à l’intensité des dynamiques disruptives qui accompagnent le numérique. Les transformations radicales à l’œuvre ne seront pas sans conséquence pour l’arpenteur-géomètre et le géomaticien.
 
 
2 - Positionnement des systèmes de représentation des droits fonciers québécois par rapport aux meilleures pratiques à l'international

Danielle Latulippe, chef du service des registres du domaine de l’État, MERN
Christian Lord, directeur de l’enregistrement cadastral, MERN

Grâce aux améliorations et aux développements mis en œuvre au cours des dernières décennies, le Québec peut affirmer disposer d’un système d’inscription et de représentation des droits fonciers d’excellente qualité. Les grandes réformes foncières réalisées ont d’ailleurs contribué à son évolution et à une gestion résolument moderne à l’aide des technologies de l’information. Comment le Québec se positionne-t-il, à l’échelle internationale, par rapport aux principes généralement reconnus en cette matière? 
 
 
3 - Le SHC et ses innovations

Roger Côté, gestionnaire, Service hydrographique du Canada
 
Le Service hydrographique du Canada fournit des produits hydrographiques de façon à assurer une navigation maritime sûre et efficace. Il effectue des levés hydrographiques pour détecter les dangers à la navigation et fournir la cartographie des fonds marins. Il prépare, publie et met à jour les cartes marines et des publications nautiques. De plus, il recueille et diffuse les informations sur les marées et les niveaux d’eau. Pour y arriver, le SHC est à l’affût des plus récentes technologies et il continue d’innover en hydrographie et en cartographie.
 
 
4 - La bouée Hydroball et ses applications

Julien Desrochers, spécialiste en géomatique marine et hydrographe
Centre interdisciplinaire de développement en cartographie des océans (CIDCO)
 
La bouée HydroBall® est une solution autonome d’acquisition de données bathymétriques particulièrement efficace en milieux non traditionnels (rivière, canyon, réservoir, zone ultra-côtière, région éloignée, zone de fort courant ou très peu profonde).  Elle permet de faire des relevés d’arpentage en milieu hydrique et peut être déployée en mode autonome, en la laissant dériver ou en la supervisant, en la tractant derrière une embarcation légère ou un véhicule amphibie. Il s’agit d’une alternative extrêmement efficace au montage classique sur perche lors de levés hydrographiques traditionnels.
 
 
5 - Développement d’une approche écogéomorphologique pour déterminer la ligne des hautes eaux pour le domaine maritime dans la cadre de l’application de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables

Pascal Bernatchez, professeur et titulaire de la chaire de recherche en géoscience côtière
Myriane Houde-Poirier, professionnelle de recherche à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR)
 
Les méthodes hydrologique et botanique présentent certaines difficultés de délimitation des hautes eaux, particulièrement en milieu côtier soumis aux vagues et aux marées. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a donc mandaté la chaire de recherche en géoscience côtière de l’UQAR pour développer une nouvelle méthode basée sur des critères écogéomorphologiques adaptés, entre autres, au littoral de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. La méthodologie proposée permettra l’application d’un cadre législatif efficace afin de protéger tant les écosystèmes que le cadre bâti en milieu maritime.

Retour à la page d'accueil du congrès